Mousharaka : misez sur les entrepreneurs de la communauté

Bénéficiez de réduction d’impôt en misant sur les entrepreneurs de la communauté.

Mousharaka

Grâce au contrat de mousharaka (ou « participation »), vous allez pouvoir en tant qu’investisseur établir un partenariat pour soutenir un entrepreneur partageant votre éthique. Le principe ? Il s’agit d’un contrat d’association. Vous investissez tous les deux au capital de l’entreprise et définissez une clé de répartition des bénéfices. En cas de pertes, chacune des parties doit les supporter au prorata de son apport dans l’affaire.

La mousharaka peut s’appliquer à toutes sortes d’activités : commerce, industrie, agriculture… Contrairement à la Moudharaba, tous les cocontractants ont un droit de regard sur la gestion du projet dans le contrat de mousharaka. 

La mousharaka peut-être principalement de 3 types :

  • Dégressive : sortie des associés au fur et à mesure du temps
  • Permanente : aucune sortie des associés n’est prévue à l’origine
  • Temporaire : les associés sortiront de l’entreprise à un terme fixé

Chez First Union, c’est cette dernière option qui est mise en place dans nos contrats de mousharaka. Ainsi, nos investisseurs deviennent actionnaires d’entreprise, que nous sélectionnons rigoureusement, pour une durée définie dès le départ. Les contrats mousharaka et moudharaba répondent au principe d’équité dans la prise de risque et sa rémunération.

ACCESSIBLE À PARTIR DE 1000 €

L’investissement sous forme de mousharaka est accessible dès 1000 €.

AVANTAGE FIRST UNION

Exclusivité First Union sur le marché de la finance islamique en France.

RENTABILITÉ

La rentabilité espérée est au minimum de 8% par an.

DURÉE RECOMMANDÉE

La durée recommandée de cet investissement est de 5 à 10 ans.

Les quatre bonnes raisons d’investir sous forme de mousharaka

Rentabilité : compte tenu du potentiel des entreprises que nous proposons, la rentabilité espérée est relativement élevée (entre 8% et 35% par an). 

Fiscalité : investir au capital des entreprises que nous sélectionnons vous permet d’obtenir une déduction d’impôt. Celle-ci est de 18% actuellement et devrait passer à 25% sous peu. De ce fait, l’investisseur qui entre au capital d’entreprises pour 10 000 € bénéficiera l’année suivante d’une déduction d’impôt de 1 800 €. Il existe également d’autres moyens d’optimiser la fiscalité des revenus de l’investissement en mousharaka.

Diversification : nous ne cessons de le rappeler, pour bien investir il faut diversifier ses actifs. Compte tenu du risque que représente la mousharaka, il faut bien sûr rester prudent. Cet investissement doit donc représenter une partie seulement de votre patrimoine global.

Soutenir votre communauté : lorsque l’on entre dans un contrat de mousharaka, nous faisons le choix de soutenir des entrepreneurs qui ont décidé de ne pas passer par des crédits bancaires à intérêts.

Mousharaka : quels sont les risques ?

L’investissement en mousharaka comporte plusieurs risques dont les principaux sont :

  • Perte en capital : lorsque vous investissez au capital d’une entreprise, vous n’avez aucune garantie sur la réussite finale du projet. Bien sûr, notre étude préalable permet de proposer uniquement des dossiers qui semblent tout à fait viables. Cependant, nous ne sommes pas à l’abri d’aléas qui viendraient compromettre la réussite du projet. Comment s’en prémunir ? En diversifiant vos investissements en mousharaka sur différentes entreprises.
  • Rendement : à cet égard, rappelons qu’en finance islamique, aucune rentabilité ne peut être garantie sous peine de tomber dans le riba. Si les performances de l’entreprise sont moins bonnes, les dividendes seront certainement réduits. 
  • Risque de liquidité : lorsqu’un investisseur veut vendre ses actions, il faut qu’il y ait un ou des acheteurs à son prix. Si ce n’est pas le cas, le vendeur devra patienter ou baisser son prix.

Prenez un rdv !

Choisissez le sujet qui vous concerne et programmez un rdv téléphonique ou en visio avec un de nos experts.

Votre entreprise génère des chiffres d’affaires ?