La gestion de votre patrimoine est-elle conforme à votre foi ?

| Finance Islamique
| admin |

Dans ses fondements, la religion musulmane ne fait pas de distinction entre le spirituel et le profane. La véritable foi, bien qu’elle naisse dans le cœur, se manifeste par des actes d’adorations et par un respect strict des obligations et des interdits dans les affaires terrestres du croyant. D’ailleurs, chaque acte réalisé en conformité avec la shariah et dont l’intention est vouée exclusivement à Dieu peut être comptabilisé comme une adoration.

Dès lors, rien d’étonnant à ce que la gestion de nos biens ait à respecter un certain nombre de critères. A ce propos, Mohammad Umer CHAPRA, spécialiste reconnu de l’économie islamique, rappelle que : « …Les êtres humains sont les lieutenants du Dieu Unique, qui est le Créateur de l’Univers et de tout ce qu’il comporte. Ils sont frères entre eux et toutes les ressources à leur disposition leur ont été confiées par Lui en vue de leur utilisation de façon juste pour le bien-être de tous, sans exception ».

En tant que gestionnaire de biens, le musulman doit obligatoirement rattacher l’acquisition et l’utilisation de ses biens à sa vie après sa mort. Le hadith rapporté par Tirmidhi est à ce propos édifiant : « L’homme n’avancera pas le jour du jugement avant qu’il ne soit interrogé au sujet de quatre choses : au sujet de sa vie, comment il l’a épuisée ; de sa jeunesse, comment il l’a passée ; de sa science et de ce qu’il en a fait ; et de son argent, où l’a-t-il gagné et comment il l’a dépensé ».

Le domaine financier étant vaste et complexe, il n’est pas toujours aisé d’en comprendre le fonctionnement. De plus, les interdits qui l’entourent ne concernent pas uniquement le Riba. Dès lors, il est nécessaire de se poser la question : la gestion de mon patrimoine est-elle conforme avec ma foi ?

Nous allons, dans cet article de moins de 5 min, aborder les différents aspects qui composent la gestion de votre patrimoine et dans quelles mesures vous pourriez avoir des modifications à y apporter.

Champ d’application

La gestion du patrimoine ne concerne pas uniquement la gestion de vos biens à proprement parler. Elle prend en compte votre situation professionnelle, familiale et fiscale et s’interroge sur la transmission de votre patrimoine. Vos objectifs patrimoniaux et votre profil d’investisseur viennent paramétrer les conseils qui sont alors prodigués.

Il devient évident que le conseil en gestion de patrimoine doit être exercé par des professionnels aux connaissances multiples et à la formation permanente.

Y ajouter un cadre islamique complexifie encore un peu plus le service puisqu’il nécessite une grande connaissance de la finance islamique.

 

Gestion de patrimoine et éthique islamique : les points d’attention

Le régime matrimonial

Un des premiers thèmes importants concerne l’étude de votre situation familiale. La religion musulmane détermine des droits et des devoirs pour chacun des époux. Néanmoins, se marier sous certains régimes matrimoniaux pourrait avoir des conséquences contraires à votre foi.

Prenons un exemple :

La jurisprudence islamique nous apprend que les biens de l’épouse lui appartiennent et qu’elle n’a pas d’obligation à les partager avec son mari. Or, certains régimes matrimoniaux auraient pour effet de rendre commun tous les biens du couple. En cas de divorce, les biens seraient donc partagés entre les époux, et en cas de de décès, la moitié des biens de l’épouse serait acquise au conjoint survivant, le reste composerait la masse successorale et des héritiers pourraient alors se trouver lésés.

Les comptes bancaires

En France, vous devez obligatoirement disposer d’un compte bancaire pour les dépenses liées au quotidien. A ce titre, le comportement des musulmans est en règle générale de 4 sortes :

  • Le musulman qui souhaite absolument éviter les interdits et lutter contre les méfaits du Riba et d’autres interdits pratiqués par les banques grâce à ses fonds. Celui-ci aura certainement ouvert un compte auprès d’un établissement bancaire proposant un compte bancaire certifié par un comité de conformité éthique.
  • Beaucoup, ne souhaitant pas percevoir de Riba, se contenteront d’avoir un compte courant pour l’utilisation au quotidien et un autre compte courant qui servira d’épargne.
  • La troisième catégorie utilisera un compte courant et épargnera sur un compte épargne produisant des intérêts. Chaque premier janvier, le détenteur du compte s’empressera de récupérer les intérêts pour s’en débarrasser en aidant les plus démunis.
  • Enfin, le dernier groupe est composé de personnes qui, par méconnaissance bien souvent, perçoivent et conservent les intérêts bancaires issues de leurs comptes épargnes.

Les placements 

La question des placements est une des plus complexes pour les musulmans. Il existe différentes façons d’investir son argent mais toutes ne sont pas conformes et chacune peut comporter des interdits différents.

Nous avons vu que les comptes épargnes rapportaient des intérêts chaque année et que tout musulman pouvait facilement comprendre leur fonctionnement et se débarrasser du riba.

En parallèle, il existe des placements où l’interdit est bien plus difficile à déceler. Par exemple, nous avons rencontré des médecins musulmans, très attachés à leurs principes et très engagés pour la communauté, qui disposaient de placements sous forme de loi Madelin à l’intérieur desquels une partie des fonds était investie sur des actions bancaires ! Or, notre éthique ne nous permet pas de détenir d’actions de ce genre.

Autre cas de figure : le conseiller d’une banque a proposé à une musulmane, ayant des fonds sur son compte, d’investir sur une SCPI de leur établissement en revendiquant qu’il n’y avait pas d’intérêts et qu’elle pouvait donc y souscrire. Encore une fois, la détention de parts de sociétés nécessite un filtrage spécifique pour qu’elle soit conforme et cette SCPI ne l’était absolument pas.

Les financements 

Au niveau des financements, il est assez simple, en général, de se rendre compte de la présence de riba. Mais dans certains cas, c’est un peu plus complexe. Par exemple, quel est le statut d’une transaction à taux zéro mais dont l’intérêt est pris en charge par le commerçant ?

Le découvert est également le service le plus lucratif pour la banque avec un taux élevé et des frais de dépassement importants (bien que la loi les plafonne désormais à 80 € par mois). En tant que musulmans, la question se pose de savoir si nous pouvons en disposer ? Bien sûr, il existe des cas de nécessité évidents et qui permettent de déroger aux règles.

Pour le financement immobilier, il existe également l’avis juridique du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche qui permet aux musulmans, sous certaines conditions, de souscrire à un prêt immobilier à intérêts.

Les assurances

Il existe différents avis sur les assurances mais la majorité des savants stipulent que la façon de procéder actuelle des assureurs n’est pas conforme à la loi islamique. Pourtant, il est obligatoire de s’assurer en France contre certains risques. La gestion de patrimoine ici va donc se traduire par l’analyse des contrats afin de vérifier que les recommandations des savants faites aux musulmans de France soient bien respectées.

La Zakat

Veiller à respecter ce pilier de l’islam est essentiel pour le conseiller en gestion de patrimoine spécialisé en finance islamique. La zakat doit se calculer d’une façon particulière, à un moment précis, à partir d’un montant défini. Elle doit ensuite être versée à une des catégories spécifiées par le Coran. Il est donc impératif d’être vigilant sur ce point.

La succession du musulman

Le partage de l’héritage en islam est issu, en grande partie, de règles explicitement précisées dans le Coran. C’est dire l’importance que ce point soulève. De plus, ce sujet entraine souvent d’immenses discordes dans des moments difficiles traversés par la famille. Il s’agit d’un domaine complexe de par la juridiction française et islamique, et la problématique du patrimoine souvent réparti entre pays d’origine et pays de résidence. Jusqu’à présent aucun interlocuteur ne proposait de solutions pour faire appliquer le droit musulman des successions en France.

Comment faire un point global sur votre situation ?

L’importance du bilan patrimonial

Afin de détecter les différentes incohérences entre la gestion de votre patrimoine et votre éthique ainsi que pour vous donner les meilleurs conseils possibles, il est nécessaire de réaliser un bilan patrimonial. Chez First Union, nous avons fait le choix de vous l’offrir gratuitement. Celui-ci comprend un diagnostic présentant les points conformes et non conformes de votre situation.

Une fois que ce point est fait, qu’elles sont les solutions de substitution qui existent ?

Afin de couvrir l’ensemble de ces sujets et d’offrir une véritable gestion de patrimoine conforme au droit musulman, nous vous accompagnons avec les services suivants :

  • Création du site islam-heritage.eu permettant de proposer le régime matrimonial le plus cohérent avec le droit musulman et vous accompagner dans l’application du droit musulman des successions en France
  • Compte courant : compte bancaire classique avec carte bancaire
  • Compte épargne 
  • SCPI (Société Civile de Placement Immobilier) : investissement mutualisé dans l’immobilier locatif
  • OPCVM (Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières) : regroupe des fonds de plusieurs investisseurs qui seront investis en actions, en Sukuk…
  • Métaux précieux : achat d’or ou d’argent
  • Prêt aux entreprises : service unique en France proposé par une plateforme française de crowdlending
  • Equity : Création de la première plateforme de crowdequity conforme au droit musulman pour investir au capital d’entreprises non cotées.
  • Cryptomonnaies 
  • Financement immobilier « Mourabaha »

Ainsi, et pour toutes les raisons exposées, force est de constater que la gestion de son patrimoine, même minime, ne peut se faire que difficilement sans l’accompagnement d’un véritable expert de la finance conventionnelle et islamique.

Mais alors quel est le prix de ce service ?

Désireux de rendre ce service accessible à tous, nous avons décidé de baser notre rémunération sur vos revenus (1 % de vos revenus) et de vous restituer toutes les sommes qui nous sont versées lorsque vous souscrivez à des produits.

Par exemple, si votre salaire est de 60 000 € par an, et que vous souscrivez à 20 000 € de SCPI, notre rémunération (contrat d’un an) sera de 600 €. Nous percevrons 1190 € pour la distribution de la SCPI que nous vous rembourserons. Nous vous garantissons ainsi un service complet et économique ! Prenez rendez-vous avec un conseiller First Union et discutons de vos besoins ensemble. 

Dans cet article vous avez appris que la gestion de patrimoine dite « islamique » est complexe et qu’elle nécessite de nombreuses compétences, même lorsque son patrimoine n’est pas très important. Nous vous avons aussi informé des solutions que nous avons créées et celles que nous distribuons afin de mener à bien notre mission.

Prenez un rdv !

Choisissiez le sujet qui vous concerne et programmez un rvd téléphonique ou virtuel avec un de nos experts.

Plus que quelques jours à patienter